L'Acarien JauneAcarien Jaune Vigne

L’acarien jaune

Actuellement, l’acarien jaune a été détecté dans presque toutes les régions viticoles. C’est toutefois dans la moitié méridionale qu’il provoque le plus de dégâts.

L’acarien jaune peut causer de lourds dommages. En effet, ceux-ci ne se limitent pas à la mort des tissus foliaires attaqués. Étant donné nos conditions climatiques locales, ils peuvent également se traduire par de fortes défoliations.
Quelques mots sur les stades de développement de cet insecte. À l’âge adulte, la femelle est de forme ovale et elle présente un aspect différent selon qu’elle est active ou hivernante, en état de diapause. La femelle active mesure environ 0,5 mm et elle est de couleur vert-jaune, avec deux taches plus sombres sur les côtés; la femelle hivernante en état de diapause, quant à elle, est un peu plus petite, de couleur orangée à rouge brique, et elle n’a pas de taches sombres. Le mâle est un peu plus petit que la femelle et son abdomen est plus pointu. Mâle et femelle ont quatre paires de pattes. L‘œuf est de forme sphérique et il mesure un peu plus de 0,1 mm. Lorsqu’il vient d’être pondu, il est translucide mais devient tout de suite opaque et prend une couleur ambre.

En cas de forte attaque de l’acarien jaune entraînant la défoliation avant la seconde quinzaine de septembre, le ravageur, dont le cycle n’est pas encore achevé, recherche de nouveaux points pour s’alimenter dans toute partie verte du même pied de vigne ou des pieds de vigne voisins (pousses, rafles, grains de raisin).
Les températures élevées écourtent le cycle de vie de l’acarien mais contribuent ainsi à sa rapide multiplication : à une température moyenne de 25 oC, une nouvelle génération naît tous les dix jours.

La température minimum pour le développement des œufs mais aussi pour la croissance de l’acarien aux stades ultérieurs se situe aux alentours de 10-12 °C. Une température de 30-32 °C s’avère optimale, le maximum possible avoisinant les 40 °C.
Quant à l’humidité relative, elle est plus favorable lorsqu’elle est basse, son niveau optimal allant de 30 à 50 %. Les ennemis naturels connus sont quelques insectes tels que les coccinellidés, les chrysopes, les anthocoridés et les acariens de différentes familles.

Les premiers symptômes qui apparaissent au niveau des feuilles suite à une attaque de cet acarien sont des zones jaunâtres accompagnées de mouchetures nécrotiques qui se voient mieux à la lumière, en plaçant les feuilles à contre-jour. Les feuilles les plus touchées vieillissent rapidement et connaissent une chute précoce.
En cas de population nombreuse, ces ravageurs peuvent également s’en prendre aux autres organes verts de la vigne, tels que les pousses, les rafles et les grains de raisin, où l’on voit alors également apparaître des mouchetures nécrotiques.

Les symptômes qui se manifestent sur les fruits peuvent être confondus avec ceux de l’oïdium, mais ils s’en distinguent par la présence des poches de mue blanchâtres des acariens et par le fait qu’ils ne s’étendent pas à la zone de contact entre deux grains de raisin.

La stratégie de protection à mettre en place contre l’acarien jaune commence par l’élimination de toutes les mauvaises herbes, soit par hersage soit en ayant recours à des herbicides, en particulier au niveau des herbes proches des troncs.

Pour la protection chimique, il faut se munir d’un acaricide spécial. Pour que le traitement soit réussi, le pesticide doit être appliqué sur l’envers des feuilles, en respectant les quantités recommandées. Dans le cas contraire, l’acaricide peut se révéler totalement inefficace.

 

L’Acarien Jaune
3.56 | 9 votes

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Voulez-vous connaître les dernières actualités en Viticulture?

* indicates required

Écrivez votre commentaire ou posez votre question :


Cela peut être utile à d'autres utilisateurs

S\'il vous plaît, calculez pour montrer que vous êtes humain *

Envoyer